Bien poser ses fenêtres pour une meilleure isolation

La fenêtre constitue une barrière efficace contre le froid et le chaud. Mais pour en être sûr, il faut prêter une attention particulière à sa mise en place. Elle doit être installée dans les règles de l’art alors, mieux vaut confier les travaux à un professionnel. De plus, il existe différents types de poses de fenêtres. Découvrez dans cet article les bonnes façons de les installer pour profiter d’une isolation optimale.

Zoom sur les différents types de pose de fenêtres

On distingue quatre principaux types de pose d’une fenêtre : pose en applique, en tunnel, en feuillure et en rénovation.

  • La pose en applique : est la méthode la plus courante pour les constructions neuves. Mais rien ne vous empêche d’opter pour ce type de pose dans le cadre d’une rénovation à condition cependant de prévoir une isolation intérieure et de réaliser une dépose totale. Le principe est simple, la menuiserie est directement fixée sur la maçonnerie au moyen d’équerre, et ce, avec un isolant intérieur. Pour sa réalisation, il faut tenir compte de la hauteur du tableau, de l’épaisseur du doublage, la hauteur d’allège, la hauteur sous plafond et de la largeur du tableau.
  • La pose en tunnel : est une pose qui s’effectue principalement dans l’épaisseur du mur. Pour une bonne isolation, la maçonnerie se doit d’être réalisée avec soin et minutie. En cas de rénovation, il est crucial de retirer le dormant de la fenêtre existante avant d’effectuer ce type de pose. 5 mesures doivent être prises à savoir la hauteur du fond de la feuillure, la profondeur de feuillure, la largeur et la hauteur du tableau et la hauteur d’allège.
  • La pose en feuillure : consiste à insérer la feuillure directement à l’intérieur du mur. Résultats : l’étanchéité est assurée grâce à la surface de contact avec le mur qui est importante. Elle convient autant en rénovation qu’en construction neuve. Mais pour ce faire, il est impératif de prendre en compte la hauteur d’allège, la hauteur du tableau et de sa largeur.
  • La pose en rénovation partielle : est une pose qui s’effectue sur l’ancien dormant. En clair, l’opération consiste à fixer la nouvelle menuiserie sur l’encadrement existant. C’est une solution rapide et simple à réaliser. Mais avant cela, assurez-vous que l’ancien dormant est en excellent état et suffisamment stable. Le seul bémol c’est que ce type de pose n’affiche pas un bon niveau d’étanchéité.

Les conseils pour améliorer l’isolation de la fenêtre

Bien poser ses fenêtres pour une meilleure isolation

La meilleure façon d’isoler la fenêtre est de placer le joint sur ses pourtours. Vous avez le choix entre le joint en silicone, en métal ou en mousse. En tout cas, ils sont faciles à mettre en place et séduisent pour leur longévité. La pose d’un double vitrage est également une bonne alternative en terme d’isolation. Il est constitué de deux verres de 4 mm d’épaisseur espacés par une lame d’air. Il propose une forte résistance thermique et permet de réaliser de substantielles économies de chauffage.

Par ailleurs, le survitrage est un moyen économique d’isoler la fenêtre. Il consiste à fixer une nouvelle épaisseur de vitre sur la menuiserie existante. Il peut être fixe ou démontable. Le survitrage fixe désigne une vitre qui se positionne dans un cadre et à 6 mm de la première vitre. C’est une option définitive et la plus performante qui soit. En ce qui concerne le survitrage démontable, il repose sur le même principe que son homologue fixe, mais avec la possibilité d’être démontable. La vitre originale est protégée par un encadrement métallique ou en caoutchouc installé sur les battants. Ceci dit, peu importe le modèle choisi, le survitrage a besoin d’être remplacé chaque année.